Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/342

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PORCHE Quand le sang s’affaisse dans le cœur, le péché de désespoir.

Et sur le chemin du désespoir, mon enfant, la plus

grande tentation qui ait jamais passé dans le monde. Quand le sang tremble et s’affole dans le cœur. La plus grande tentation charnelle. Mais est-ce bien unetentation. La tentation de la mortelle inquiétude. Quand le Pasteur même eut peur et trembla dans son

cœur D’avoir à la condamner, à la perdre, je veux dire à la

laisser perdue. La peur mortelle, la mortelle inquiétude d’avoir à

condamner à mort. Exactement je veux dire d’avoir à laisser condamnée

à mort. In montibus, dans les montagnes, quand il eut peur

de ne jamais la retrouver. D’être forcé

De la laisser perdue dans la nuit d’une mort Éternelle.

Les péchés de la chair, mais les rémissions de la chair,

Ils ne connaissent pas non plus les rémissions char- nelles.

Cette rémission infinie, éternelle et d’un seul coup.

Et ensemble inséparablement temporelle et charnelle.

Quand tout le péché du monde ensemble et d’un seul coup

334