Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/310

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PORCHE

Il a donc mis ses enfants en lieu suret il est content et

il rit en lui-même et il rit même tout haut et il se frotte

les mains. Du bon tour qu’il a joué. Je veux dire de la grande invention qu’il a eue. Qu’il a

faite. (C’est qu’aussi il ne pouvait plus durer). Il a remis ses enfants, reposé entre les bras de la

sainte Vierge. Et il s’en est allé les bras ballants.

Il s’en est allé les mains vides.

Lui qui les avait remis.

Comme un homme qui portait un panier.

Et qui n’en pouvait plus et qui avait mal aux épaules.

Et qui a posé son panier par terre.

Ou qui l’a remisa une personne.

C’est le contraire d’un homme qui a loué ses enfants

dans une ferme. Car celui qui a loué ses enfants dans une ferme. Il reste le propriétaire de ses enfants. Et c’est le fermier qui en devient le locataire. Le fermier. Lui au contraire il ne veut plus être que le locataire de

ses enfants.

302