Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/306

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PORCHE

Il parlait dans une grande colère (que Dieu le garde) et dans cette grande violence et, en dedans, en dedans de cette grande colère et de cette grande violence avec une grande dévotion.

Vous les voyez, disait-il, je vous les donne. Et je ni en retourne et je me sauve pour que vous ne me les rendiez pas.

Je nen veux plus. Vous le voyez bien.

Comme il s’applaudissait d’avoir eu le courage de faire ce coup-là.

Tout le monde n’aurait pas osé.

11 était heureux, il s’en félicitait en riant et entremblant.

(Il n’en avait pas parlé à sa femme.

Il n’avait pas osé. Les femmes sont peut-être jalouses.

Il vaut mieux ne pas se faire d’affaires dans son ménage.

Et avoir la paix.

Il avait arrangé ça tout seul.

C’est plus sûr. Et on est plus tranquille.)

Depuis ce temps-là tout marchait bien.

Naturellement.

Comment voulez-vous que ça marche autrement- Que bien.

Puisque c’était la sainte Vierge qui s’en mêlait.

Qui s’en était chargée.

Elle sait mieux que nous.

Et Elle, qui les avait pris, pourtant elle en avait avant

ces trois-là. (Il avait fait un coup unique. Pourquoi tous les chrétiens ne le font-ils pas ?)

298