Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/236

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTÈRE

leur mélier, par leur famille. Par leurs habitudes, par leurs amis, par leurs compagnons. Par leurs conver- sations, par leurs occupations de tous les jours. Us n’étaient pas avertis. Ils ne pensaient pas, ils ne savaient pas qu’ils étaient venus au monde pour ça. Exprès pour ça, uniquement pour ça. Ils ne connais- saient pas leur grandeur, leur propre grandeur, leur vocation, la destination de leur grandeur. Ils n’avaient pas été avertis. Ils n’avaient reçu aucun avertissement. Enfin, ils furent surpris. Naturellement. Ils ne s’y atten- daient pas. Ça se comprend. C’était la première fois. Mais nous.

elle prononce des paroles grises :

L’orgueil veille.

Le vieil orgueil veille.

Mon enfant, nous ne sommes pas venues au monde dans ce temps-là.

Nous sommes toutes comme tout le monde.

La terre était toute sale, toute boueuse, toute bar- bouillée de fange.

En ce temps-là.

In Mo tempore.

En ces jours-là.

In diebus autem Mis.

Toute fangeuse.

Et nous on nous a débarbouillé la terre, essuyé les plâtres, amassé, préparé les approvisionnements où nous nous ravitaillons éternellement.

Jeannette — Je dis seulement : Je suis comme tout le monde ; (mais) je sais que je ne l’aurais pas abandonné.

228