Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/221

Cette page n’a pas encore été corrigée


je me suis liée, pour éternellement je me suis liée, éternellement pour éternellement je me suis liée à la règle de saint François ; je me suis réfugiée sous la règle de saint François ; éternellement pour éternellement je me suis abritée sous la règle de saint François. Du même saint que tu m’opposes. Je vivrai et je mourrai, s’il plaît à Dieu, si Dieu veut je vivrai et je mourrai sous la règle, dans la règle de saint François. C’est pour cela que tu m’invoques saint François. Tu nés pas bête. Tu n’es pas sotte. Tu m’opposes mon maître. Tu m’opposes mon patron. Tu m’opposes mon saint. Tu m’opposes mon maître. Tu m’opposes mon père.

Un silence.

Eh bien moi qui suis de saint François, à toi qui n’est —

Jeannette

vivement :

— à moi qui n’est de rien. Tout beau, madame. On est toujours de quelque part, on est toujours de quelque chose et de quelqu’un dans la chrétienté.

Il n’y a pas de va nu pieds et de propres à rien dans la chrétienté. Il n’y a pas de vagabonds, d’errants.

Vous qui êtes de saint François ; à moi qui suis de saint Remy, et de saint Jean et de sainte Jeanne. De saint Remy pour ma paroisse ; et de saint Jean et de sainte Jeanne pour mon baptême, pour le baptême de mon nom, pour le parrainage de mon baptême. De saint Remy comme paroissienne. Et de saint Jean et de sainte Jeanne comme chrétienne, comme baptisée, comme