Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/217

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA G II A R I T É

queurs dans la défaite, ils vainquirent, ils triomphèrent des victorieux mêmes.

Madame Gervaise

— - Toute sainteté vient de Dieu, toute sainteté procède de Dieu. Il n’y a qu’une sainteté, qui vient de Jésus- Christ. Tous les saints sont les saints de Dieu, les frères de Jésus, les frères en sainteté de Notre-Seigneur Jésus-Christ même. Les jeunes frères, les petits frères, les cadets de Jésus. Il n’y a qu’une sainteté, c’est la sainteté de Jésus même. Toute sainteté est la même. Toute sainteté vient de Dieu, qui en est la source éter- nelle. Toute sainteté procède de Jésus qui en est la source et le premier auteur. Et le premier objet et la résidence première. Le premier siège, le siège, éternel. Qui en est le premier exemple. Le modèle, l’inventeur, l’objet de toute imitation. La réussite, la plus grande réussite, et la première, la première réalisation. Tous les saints du monde ne sont que le reflet de Jésus. Toutes les saintetés du monde ne sont que les reflets de la sainteté de Jésus.

Jeannette

— Saint François ne l’aurait jamais renoncé.

Madame Gervaise

— Tu introduis le débat là où il ne doit jamais y avoir de débat. Tu introduis la division là où éternellement jamais il n’y aura de division.

Car l’Église est impérissable ; la communion est impé- rissable et toute maison divisée contre elle-même périra.

209

14