Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/212

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTÈRE

l’éternité de l’ Église. Il reçut son nom, son nouveau nom, son vrai nom, son seul nom, des propres mains, des mains mêmes de Jésus.

Le premier Pontife. Le premier Romain.

Le détenteur des Clefs.

Le premier évêque de Rome.

Son nom inventé ; son nom nouveau ; son nom créé.

Leur dit Jésus : Mais vous qui dites-vous que je suis ?

Répondant Simon Pierre dit : Tu es le Christ, fils du Dieu vivant.

Mais répondant Jésus, lui dit : Heureux tu es Simon Barjona, parce que la chair et le sang ne te l’a pas révélé, mais mon Père qui est aux deux.

Et je te le dis, que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne prévau- dront point contre elle.

Et je te donnerai les clefs du royaume des deux.

Jeannette

— Trois fois. Le même. Le même le renia trois fois.

Madame Gervaise entrant comme dans une sainte colère :

— Le reniement de Pierre, le reniement de Pierre. Vous n’avez que ça à dire, le reniement de Pierre. Balbutiant, bafouillant presque. Décolère. On allègue ça, ce reniement, on dit ça pour masquer, pour cacher, pour excuser nos propres reniements. Pour faire oublier, pour oublier nous-mêmes, pour nous faire oublier à nous-mêmes nos propres reniements. Pour parler d’autre chose.

204