Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/192

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTERE

Puisqu’il y fallait, puisqu’il y avait fallu l’achèvement de ces trois jours d’agonie.

Puisqu’il y fallait l’épuisement de cette agonie suprême et de cette épouvantable angoisse.

Et la descente de croix, et l’ensevelissement ; les trois jours de sépulture, les trois jours de tombeau, les trois jours dans les limbes, jusqu’à la résurrection ; et la singulière vie post rnortem, les pèlerins d’Emmaùs, l’ascension du quarantième jour.

Puisqu’il y fallut.

C’est que le Fils de Dieu savait que la soufirance Du fils de l’homme est vaine à sauver les damnés, Et s’affolant plus qu’eux de la désespérance, Jésus mourant pleura sur les abandonnés.

De la désespérance commune.

Plus qu’eux s’affolant de leur désespérance, de la même désespérance, qu’eux, de leur propre désespérance.

Il avait le même désespoir qu’eux. Mais il était Dieu : quel ne l’eut-il pas.

184