Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/166

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTERE Et il y en avait toujours. Et il en sortait toujours.

Et en même temps elle avait la tête sèche, lourde, brû- lante. Pesante.

Et les yeux lui piquaient. Et ça lui battait dans les tempes. A force d’avoir pleuré. Et d’avoir encore envie de pleurer.

Elle pleurait. Elle fondait. Son cœur se fondait.

Son corps se fondait.

Elle fondait de bonté.

De charité.

Il n’y avait que sa tête qui ne se fondait pas.

Elle marchait comme involontaire.

Elle ne se reconnaissait plus elle-même.

Elle n’en voulait plus à personne.

Elle fondait en bonté.

En charité.

C’était un trop grand malheur.

Sa douleur était trop grande.

C’était une trop grande douleur.

On ne peut pas en vouloir au monde pour un malheur

qui dépasse le monde. Ce n’était plus la peine d’en vouloir au monde. D’en vouloir à personne. Elle qui autrefois aurait défendu son garçon contre

toutes les bêtes féroces. Quand il était petit.

158