Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/150

Cette page n’a pas encore été corrigée


L E MYSTÈRE C’est ce qu’il y avait de plus fort. C’était ça surtout qu’on avait contre soi. Le gouvernement et le peuple. Qui d’habitude ne sont jamais d’accord. Et alors on en profite. On peut en profiter. Il est bien rare que le gouvernement et le peuple soient

d’accord. Et alors celui qui est contre le gouvernement Est avec le peuple. Pour le peuple.

Et celui qui est contre le peuple Est avec le gouvernement. Pour le gouvernement. Celui qui est appuyé par le gouvernement. N’est pas appuyé par le peuple. Celui qui est soutenu par le peuple N’est pas soutenu par le gouvernement. Alors en s’appuyant sur l’un ou sur l’autre. Sur l’un contre l’autre. On pouvait quelquefois en réchapper. On pourrait peut-être s’arranger. Mais ils n’avaient pas de chance. Elle voyait bien que tout le monde était contre lui. Le gouvernement et le peuple. Ensemble. Et qu’ils l’auraient. Qu’ils auraient sa peau. Ce qui était curieux c’est que la dérision était toute sur

lui. Et qu’il n’y avait aucune dérision sur elle. Pour elle.

142