Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/143

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA CHARITE

Il était un bon fils pour ses père et mère.

Lu bon fils pour sa mère Marie.

Et ses père et mère trouvaient cela très bien.

Sa mère Marie trouvait cela très bien.

Elle était heureuse, elle était fière d’avoir un tel fils.

D’être la mère d’un pareil fils.

D’un tel fils.

Elle s’en glorifiait peut-être en elle-même et elle glori- fiait Dieu.

Magnificat anima mea.

Dominum.

Et exultavit spiritus meus.

Magnificat. Magnificat.

Jusqu’au jour où il avait commencé sa mission.

Mais depuis qu’il avait commencé sa mission.

Elle ne magnifiait peut-être plus.

Depuis trois jours elle pleurait.

Elle pleurait, elle pleurait.

Comme aucune femme n’a jamais pleuré.

Nulle femme.

Voilà ce qu’il avait rapporté à sa mère.

Jamais un garçon n’avait coûté autant de larmes à sa mère.

Jamais un garçon n’avait autant fait pleurer sa mère.

Voilà ce qu’il avait rapporté à sa mère.

Depuis qu’il avait commencé sa mission.

Parce qu’il avait commencé sa mission. Depuis trois jours elle pleurait.

135