Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/136

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTERE

Le grand tombeau de son ensevelissement.

Le saint sépulcre.

Le sépulcre de sa grande sépulture.

Il avait dit à Jean : Jean, voici votre mère. — Et voici votre fils.

Il ne pleurait point Jean, Marie et Madeleine ; Il ne les quittait plus que de quelques années ; Un jour ils remontaient au séjour de son père ; La séparation n’avait qu’un temps humain. Tout ce qui tenait à lui, tout ce qui venait de lui, tout

ce qui tenait de lui, de ce côté là, n’était qu’humain.

Un berceau lointain, une crèche dans une étable ; sous le chœur des chansons ; sous le chœur des anges ; sous les ailes calmes mais frissonnantes, mais palpi- tantes des anges.

Il mesura plus qu’eux la grandeur de la peine ; Ils ne la mesuraient que d’un regard humain ; Même le damné, même le larron qui venait de se

perdre ; Ils n’étaient devant lui que des damnés humains.

128