Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il est vrai que mon âme est douloureuse à mort ; je suis dans une détresse ; je n’aurais jamais cru que la mort de mon âme fut si douloureuse.

Tous ceux-là que j’aimais sont absents de moi-même.


Madame Gervaise

— Même Dieu. C’est cela, tous.


Jeannette

Tous ceux que j’aimais sont absents de moi.


Madame Gervaise

— La damnation c’est cela ; c’est cela la perdition même.


Jeannette

— Tous ceux que j’aime sont absents de moi : c’est ce qui m’a tuée sans remède…


Madame Gervaise

— Le seul remède qu’il y ait au monde est venu, et le seul médecin ; et le remède ne t’a rien fait ; le médecin ne t’a rien fait ; et le soir de ce jour tu t’es trouvée comme le matin…


Jeannette

— Hélas.


Madame Gervaise

— Ta vie est un mensonge perpétuel. Et pourtant tu avais béni ce matin-là ce jour qui se levait ; tu avais béni ce soleil qui se levait sur les côtes (les montrant en face) sur les côtes lorraines, sur les côtes de la Meuse.