Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/384

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sachez en bref qu’il y a deux morales, qui sont la morale publique et la morale privée. Incommunicable, comme je vous l’ai dit. El de même que nous avons deux morales, nous avons aussi deux méthodes. Pour étudier les textes anciens nous recueillons les renseignements qui leur sont contemporains. La méthode historique le veut ainsi. Mais pour étudier les textes qui nous sont contemporains nous ignorons tous les renseignements qui nous sont communs contemporains. Nous feignons que les textes se sont écrits tout seuls, eux-mêmes. C’est une fiction parmi tant de fictions. Comme la morale politique s’oppose à la morale privée, ainsi et non moins utilement la méthode politique s’oppose à la méthode historique. C’est ce qui permet à des historiens avérés de faire bonne figure sur le terrain politique. Historiens des âges révolus, ils y aiment sur tout la vérité. Mais citoyens de l’âge présent, ils y aiment sur tout l’unité. Ils juxtaposent dans leur conscience l’unité contemporaine à la vérité périmée. Je ne sais pas si ça y fait bon ménage, parce que je n’y suis pas allé voir. Puisque c’est du privé. La double morale nous sert à sauver la double méthode. Incommunicablement incommunicable.

Dans ma conscience à moi, pour ainsi dire, c’est beaucoup plus simple. L’unité est le commencement, le principe et la consommation. C’est un mot sans réplique : l’unité, l’unité, sur l’air des lampions.

Sachant ce que l’on doit à l’unité, le citoyen Roland commença par n’imiter pas les brutalités de mon petit cousin. La règle de nos réunions est la suivante, elle est bien simple : quand on est dans l’auditoire on a le droit et la licence et le devoir de huer les camarades, pourvu qu’ils soient de la seconde moitié. Mais quand on est à