Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/347

Cette page n’a pas encore été corrigée


COMPTE RENDU DE MANDAT

regarda un instant pour douter encore. Tout espoir de doute lui étant désormais fermé, il s'écrasa et compta comme en lui-même.

— Quinze cents par mois. Douze fois quinze font 180. Dix-huit mille par an. 180.000 en dix ans. Un million

800.000 en cent ans. Dix-huit millions en mille ans.

— Tenez-vous en là, dit Pierre Baudouin. Vous savez bien compter.

— J'ai appris chez les frères, quand j'étais petit, dit mon cousin. Les problèmes ressemblaient à ce que je vous dis. Les chers frères m'ont aussi enseigné la règle de trois et les calculs d'intérêts. Donnez-moi un crayon.

Pierre Deloire avait toujours sur lui de quoi prendre de notes.

— Dix-huit mille, qui multiplie cent sur trois. Deux zéros. Un million huit cent mille, divisé par trois. Six cent mille. Tout se passe comme si nos journalistes socialistes possédaient chacun six cent mille francs et vivaient chacun de ses rentes, sans toucher au fonds, l'argent supposé placé à trois pour cent, placement modeste. Vous voyez que je ne suis pas un ignorant. Mais comment les journaux peuvent-ils subsister?

— Il y a les annonces, les affaires, la pornographie, les paletots, le blanc. On n'est plus sûr qu'il n'y ait pas quelques fonds secrets. 11 y a enfin les économies réalisées sur le petit personnel.

— Comment ! tout le monde n'est pas payé pareil ? On paie très cher le rédacteur en chef et la grande

signature. Mais le commun des rédacteurs touchent de cent à cent cinquante.

— Par mois, dit Pierre Deloire.

— Il y a aussi les rentiers natifs. Le grand orateur

339

�� �