Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nouvelle réflexion salutaire et nouvel et dernier exemple :

Sur la rive traîtresse
Où l'on voit Salmydesse

En proie à tous les vents

La marâtre effrénée
Des deux fils de Phinée

Les enterra vivants.

Et leur mère, ô ma fille,
Était de la famille

D'Érechthée ! et ses jeux,

Borée étant son père,
Affrontaient le tonnerre

Sur les monts orageux !

Sur la glace, intrépide
Et fière et plus rapide

Qu’un cheval furieux

Elle allait sans rien craindre.
La Parque sut atteindre

Cette fille des Dieux !

Antigone sort.

Mon ami ces vers lyriques de messieurs Paul Meurice et Auguste Vacquerie ne valent pas les stances de Pierre Corneille. Vous connaissez les causes de cette imparité. Messieurs Paul Meurice et Auguste Vacquerie ne sont ou n'étaient pas des poètes comparables à l'ancien