Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/186

Cette page a été validée par deux contributeurs.


moins inconscient de ces attraits sur la maladie et sur la mort des chrétiens. Il me semble que nous avons encore à faire une importante considération. Il me semble qu’outre cela le christianisme encore démunit le chrétien devant la maladie et devant la mort. Permettez-moi, docteur, de vous rappeler ce que nos bons professeurs de philosophie nommaient l’influence du moral sur le physique.

— Je me rappelle parfaitement, citoyen : il y avait aussi l’influence du physique sur le moral. Cela nous fournissait de belles antithèses.

— Pour cette fois, docteur, l’antithèse correspondait à une réelle contrariété. Il ne me semble pas que je m’avance inconsidérément, si je prétends que les dispositions morales d’un malade influent considérablement sur sa maladie et sur son retour à la bonne santé. La tristesse, l’ennui, la gêne, le désespoir collaborent à la périclitation comme la joie et le bonheur travaillent au rétablissement. Je crois l’avoir senti moi-même au temps que j’étais en danger. Il me semble que je le sens très bien à présent que je suis en convalescence. Et il me semble que c’est ici que les chrétiens sont désarmés, profondément faibles. Ceux qui ont parmi eux l’imagination un peu efficace doivent se représenter la béatitude avec un élancement tel que, même avertis, même le voulant, même y tâchant, ils doivent n’avoir pas ce goût profond de la vie et de la santé qui est sans doute un élément capital de la longévité.

— Oui, vous avez raison. Un bon chrétien doit manquer d’un certain attachement profond à la vie, animal, et je dirais presque d’un enracinement végétal. D’où sans doute une certaine hésitation dans la défense la