Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/184

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dire qu’il ne le considérait pas comme une machine vivante, pièce d’un vivant, d’une plus grande machine vivante. À conférer avec l’anatomie et la physiologie cartésiennes, simplistes. Et il voulait régir son estomac par les lois mécaniques mathématiques, arithmétiques, par quoi les mécaniciens régissent les machines inanimées, inorganiques. C’est qu’il ne s’était évadé de la mathématique universelle que par la contemplation de la sainteté, par le sens de la charité. Au lieu que nous, qui nous sommes évadés de la mathématique et de la mécanique universelles par la considération de la morale, par la volonté de l’action, par le sens de la solidarité, outre cela nous nous sommes évadés de la mécanique universelle, ou plutôt l’humanité moderne s’est évadée de la mécanique universelle par le progrès de la physique même et, un peu plus, de la chimie, et surtout par l’institution et par le progrès des sciences naturelles indépendantes, par la liberté de l’histoire naturelle et de l’histoire humaine. Et c’est pour cela que nous n’aurions pas l’idée à présent de nous traiter l’estomac comme on traite, ou plutôt comme on n’oserait pas traiter une chaudière de machine à vapeur.


— Concluons, docteur.

— Non, mon ami, ne concluons pas. Que serait-ce, conclure, sinon se flatter d’enfermer et de faire tenir en deux ou trois formules courtes, gauches, inexactes, fausses, tous les événements de la vie intérieure que nous avons si longuement et si soigneusement tâché d’élucider un peu. Ne nous permettons pas de faire un de ces résumés qui sont commodes à lire quand on pré-