Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/164

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Je vous propose là, docteur, des imaginations mal préparées. Je vous les représenterai plus tard. Mais voici, tout simplement, ce que je voulais dire : je constatais ou croyais constater que l’étroite parenté des sentiments chrétiens de ceux que nous nommons les grands aux sentiments chrétiens de ceux que nous nommons les humbles donnait une force redoutable à la religion que nous avons renoncée ; ainsi je désirais qu’une étroite parenté s’établît ou demeurât des sentiments socialistes de ceux que nous nommons les savants aux sentiments socialistes de ceux que nous nommons les simples citoyens. Je compte beaucoup sur certaines idées simples. Je compte beaucoup sur la diffusion, par l’enseignement, des idées simples révolutionnaires. J’espère que la révolution se fera surtout par l’universelle adhésion libre, l’universelle conversion libre à quelques idées simples moralistes socialistes. C’est pourquoi l’on m’a quelquefois dénommé obscurantiste, ou ignorantiste.

— Laissons ces misères. Moi non plus je ne crois pas que le socialisme soit aussi malin qu’on nous le fait souvent. Laissons pour aujourd’hui ces débats. Vous avez pu distinguer dans la narration dont je vous ai vraiment donné connaissance deux tendances chrétiennes, et deux méthodes qui se composent. Première méthode : le malade soigne son corps, travaille à la guérison de son corps de son mieux, pour des raisons que nous allons donner. Mais comme cette première méthode est la seule qui nous importe aujourd’hui, nous allons d’abord éliminer la seconde. Seconde méthode : le malade s’aperçoit que les soins donnés à son corps ou que l’atténuation de la souffrance naturelle constitue