Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/161

Cette page a été validée par deux contributeurs.



TOUJOURS DE LA GRIPPE


5 avril 1900,


Le docteur le premier se rappela que son métier n’était pas de rester sous l’impression des témoignages les plus beaux, mais de les analyser du mieux qu’il pouvait, et de les critiquer.

— Nous n’aurons pas la présomption, mon ami, d’interpréter cette histoire. Vous l’avez parfaitement entendue. Elle vous donne incomplètement raison. Elle me donne raison complémentairement.

— Avant de nous partager, docteur, les morceaux incomplets ou complémentaires de cette histoire, si vous osez le faire encore, permettez-moi.

— Je vous permets.

— À mesure que vous avez avancé dans la narration que nous devons à la piété fraternelle et sévère de madame {{|corr|PerierPérier}}, j’ai connu en moi un double sentiment, deux sentiments voisins non conciliables d’abord. Je m’apercevais que ces faits m’étaient nouveaux. Je reconnaissais que ces faits m’étaient connus.

Je m’apercevais que ces faits m’étaient vraiment nouveaux. J’avais pourtant lu, ou du moins j’avais parcouru, au temps que j’étais écolier, ce long texte imprimé fin, menu et dense, durant que je préparais des