Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/151

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Dieu lui a données après n’ont été qu’une continuelle langueur. Ce n’était pas proprement une maladie qui fût venue nouvellement, mais un redoublement des grandes indispositions où il avait été sujet dès sa jeunesse. Mais il en fut alors attaqué avec tant de violence, qu’enfin il y a succombé ; et, durant tout ce temps-là, il n’a pu en tout travailler un instant à ce grand ouvrage qu’il avait entrepris pour la religion, ni assister les personnes qui s’adressaient à lui pour avoir des avis, ni de bouche ni par écrit, car ses maux étaient si grands, qu’il ne pouvait les satisfaire, quoiqu’il en eût un grand désir.

» Ce renouvellement de ses maux commença par un mal de dents qui lui ôta absolument le sommeil. »


Plus loin :


« Cependant ses infirmités continuant toujours, sans lui donner un seul moment de relâche, le réduisirent, comme j’ai dit, à ne pouvoir plus travailler, et à ne voir quasi personne. Mais si elles l’empêchèrent de servir le public et les particuliers, elles ne furent point inutiles pour lui-même, et il les a souffertes avec tant de paix et tant de patience, qu’il y a sujet de croire que Dieu a voulu achever par là de le rendre tel qu’il le voulait pour paraître devant lui : car, durant cette longue maladie, il ne s’est jamais détourné de ses vues, ayant toujours dans l’esprit ces deux grandes maximes, de renoncer à tout plaisir et à toute superfluité. Il les pratiquait dans le plus fort de son mal avec une vigilance continuelle sur ses sens, leur refusant absolument tout ce qui leur était agréable :