Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/134

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la clarté de la science. Et qu’est en effet cette science ? Mécanique, physique, physiologie, biologie, qu’est-ce que tout cela, sinon la connaissance de la nature et de l’homme, ou plus précisément la connaissance des rapports de l’homme avec la nature et des conditions mêmes de la vie ? Vous sentez qu’il nous importe grandement de connaître les conditions de la vie, afin de nous soumettre à celles-là seules qui nous sont nécessaires, et non point aux conditions arbitraires, souvent humiliantes ou pénibles, que l’ignorance et l’erreur nous ont imposées. Les dépendances naturelles qui résultent de la constitution de la planète et des fonctions de nos organes sont assez étroites et pressantes pour que nous prenions garde de ne pas subir encore des dépendances arbitraires. Avertis par la science, nous nous soumettons à la nature des choses et cette soumission auguste est notre seule soumission.

L’ignorance n’est si détestable que parce qu’elle nourrit les préjugés qui nous empêchent d’accomplir nos vraies fonctions, en nous en imposant de fausses qui sont pénibles et parfois malfaisantes et cruelles, à ce point qu’on voit, sous l’empire de l’ignorance, les plus honnêtes gens devenir criminels par devoir. L’histoire des religions nous en fournit d’innombrables exemples : sacrifices humains, guerres religieuses, persécutions, bûchers, vœux monastiques, exécrables pratiques issues moins de la méchanceté des hommes que de leur insanité. Si l’on réfléchit sur les misères qui, depuis l’âge des cavernes jusqu’à nos jours encore barbares, ont accablé la malheureuse humanité, on en trouve presque toujours la cause dans une fausse interprétation des phénomènes de la nature et dans quelqu’une de ces