Page:Peguy oeuvres completes 01.djvu/123

Cette page a été validée par deux contributeurs.


seur équitable penchait évidemment pour la solution de l’espérance. Tout l’affectueux respect que nous lui avons gardé ne nous empêchait pas alors de réagir. Continuant à protester contre la croyance catholique où l’on nous avait élevés, commençant à protester contre l’enseignement du lycée, où nos études secondaires finissaient, préoccupés surtout de n’avoir pas peur, et de ne pas avoir l’air d’avoir peur, nous réagissions contre la complaisance. Nous étions durs. Nous disions hardiment que l’immortalité de l’âme, c’était de la métaphysique. Depuis je me suis aperçu que la mortalité de l’âme était aussi de la métaphysique. Aussi je ne dis plus rien. Le souci que j’avais de l’immortalité individuelle, et qui selon les événements de ma vie a beaucoup varié, me reste. Mais l’attention que je donnais à ce souci a beaucoup diminué depuis que le souci de la mortalité, de la survivance et de l’immortalité sociale a grandi en moi. Pour l’immortalité aussi je suis devenu collectiviste.

— On ne peut se convertir sérieusement au socialisme sans que la philosophie et la vie et les sentiments les plus profonds soient rafraîchis, renouvelés, et, pour garder le mot, convertis.

— C’est une angoisse épouvantable que de prévoir et de voir la mort collective, soit que tout un peuple s’engloutisse dans le sang du massacre, soit que tout un peuple chancelle et se couche dans les retranchements de bataille, soit que tout un peuple s’empoisonne hâtivement d’alcool, soit que toute une classe meure accélérément du travail qui est censé lui donner la nourriture. Et comme l’humanité n’a pas des réserves indéfinies, c’est une étrange angoisse que de penser à la mort de l’humanité.