Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/98

Cette page n’a pas encore été corrigée


dans sa bibliothèque ; lord Anophel et son tuteur chassaient, mais aux petits oiseaux, pour avoir moins de peine ; sir Télégraph promenait sa tante et sa cousine dans son barouche, heureux de l’étonnement des stupides habitans des campagnes ; l’écuyer Oscarum galopait sur les plus belles routes, il tirait souvent sa montre, pour calculer la marche du temps. M. Derrydown relisait ses ballades ; sir Feathernest écrivait ses odes aux têtes couronnées, et sir Hippy sentait chaque jour de nouvelles douleurs, c’était entre le déjeûner et le dîner qu’il en était atteint, les symptômes s’amendaient au premier coup de la cloche qui annonçait le dîner, s’affaiblissaient à l’arrivée du maître-d’hôtel, s’adoucissaient à la vue d’Anthélia, et étaient noyées dans une ample libation de Bordeaux, après le départ des dames.

La musique et la conversation remplis-