Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/68

Cette page n’a pas encore été corrigée


assertions, lorsque je prétends que la musique est plus naturelle à l’homme, que la parole. Le capitaine buvait une bouteille après son dîner et un verre de grog, avant de se coucher ; sir Oran sympathisa très-bien avec ce goût. Plus d’une fois les deux amis ont passé la moitié de la nuit à table ; le vieux capitaine chantant des chansons que sir Oran accompagnait sur la flûte.

Lors d’un voyage que je fis en été, dans le Devonshire, je me rappelai du capitaine, et je fus présenté par lui, à sir Oran. Vous n’avez pas oublié mes écrits sur l’origine et les progrès de l’homme, jugez qu’elle dût être ma joie en faisant la plus précieuse des découvertes. J’usai de toute mon éloquence pour persuader au capitaine de me céder son ami, dans le seul but de lui donner une éducation complète, je ne pus y réussir ; ne voulant