Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/50

Cette page n’a pas encore été corrigée



Le nouveau bâtiment était construit dans l’enceinte des vieilles murailles ; le lierre qui les couvrait avait été respecté, et il devait sous peu cacher toutes les traces des réparations. L’extérieur conservait tellement les traces de la plus haute vétusté, qu’il était difficile de penser que ces ruines fussent habitées.

— Je ne crois pas que le plus zélé admirateur de l’antiquité puisse m’en vouloir d’avoir utilisé ces murs ; j’espère avoir laissé assez de choses dans leur état de vétusté pour le satisfaire.

— Vraiment assez, répondit Télégraph, on peut appliquer à ces lierres ces vers d’une vieille chanson :

Forcé de grimper en rampant, etc., etc.

Ce lierre ajoute beaucoup en effet à l’âpreté du site pittoresque ; mais quel est, je vous prie, ce gentilhomme assis sous un