Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/40

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lamentable ; il se contenta de demander, en hésitant, si M. Hippy était chez lui.

— Il y est, articula lentement et bas, son domestique.

— J’ai une lettre pour lui. Pierre la présenta.

Harry prit la lettre avec un profond soupir et s’éloigna avec autant de solennité que s’il eût suivi des funérailles.

— Plaisante réception, dit Pierre ; sans le vent et le froid, je croirais rêver.

Harry frappa trois coups à la porte de la chambre à coucher de son maître, observant le même intervalle entr’eux, que celui que l’on met en frappant sur un tambour drapé. Après avoir fait une pause, il entra dans l’appartement : sir Hippy était en robe de chambre et en pantoufles ; il avait la jambe étendue sur un coussin et souffrait, en imagination, d’une at-