Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Cela est vrai, les livres sont une bonne chose ; mais on ne peut passer qu’une heure ou deux avec eux. Une trop longue étude fatigue. Si je vivais une semaine comme vous avez vécu une année, j’en mourrais d’ennui.

— Pour moi, maman, je trouve qu’il y a quelque chose de romanesque dans l’existence d’Anthélia, et j’avoue que je voudrais pouvoir, comme elle, chercher sans être vue, à voir au travers le lierre qui couvre les créneaux, un preux chevalier exerçant son éloquence pour déterminer un inflexible portier à lui ouvrir les portes du château qui renferme et dérobe à ses empressemens, la belle pour laquelle il brûle depuis sept ans.

— Grand Dieu ! que dites-vous ; que le ciel vous préserve d’un amant aussi ridicule. Sept ans ! en vérité, il n’a pas fallu autant