Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/219

Cette page n’a pas encore été corrigée


lorsqu’elle put y voir, elle remarqua qu’elle était sur la grande route, à quelque distance du bois ; auprès d’elle, une chaise à quatre chevaux était arrêtée, et deux hommes s’enfuyaient rapidement, tandis que deux autres couverts de masques étaient à terre et criaient merci à sir Oran qui les assommait à coups de bâton. M. Forester était près d’Anthélia, il lui tenait la main, il l’assurait qu’elle n’avait plus rien à craindre ; il cherchait aussi à rappeler sir Oran, et à suspendre le cours de son expédition ; mais celui-ci continuait à administrer sa justice distributive. Bientôt se sentant fatigué de frapper, il mit sous ses bras, ses deux ennemis, et courant avec rapidité, il gagna le sommet d’un roc escarpé, où il les déposa, après leur avoir arraché leurs masques qu’il emporta, il ne les abandonna pas cependant, sans les avoir poliment salués.