Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


rester ; j’ai admiré vos odes sur la liberté, et j’ai lu vos vers louangeurs sur le pouvoir, avec des sentimens très-différens.

— Monsieur, tout homme peut changer d’opinion.

— D’une manière désintéressée et par conviction, sans doute ; mais quand le changement est évidemment simoniaque, l’apostasie d’un homme de génie y devient une calamité publique. Ce n’est pas la perte d’un seul homme que l’on doit regretter ; mais la méfiance que sa conduite inspire pour celui qui marche dans la même route après lui ; cette méfiance tend à détruire la sympathie avec le génie enthousiaste ; l’admiration pour le défenseur intrépide de la vérité ; la croyance à la sincérité du zèle pour la liberté publique. On s’accoutume à calomnier les défenseurs des droits du peuple ; on ne les considère