Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/164

Cette page n’a pas encore été corrigée


c’est la plus naturelle à l’homme. Les productions de notre petit jardin nous empêchaient de mourir de faim ; mais c’était tout. Je me considérai comme un véritable paysan et priai les fermiers du voisinage de m’occuper ; ils ne purent me donner de l’ouvrage. Il y a plus de laboureurs que de champs à faire valoir ; dans les villes, il en est de même, il y a plus d’ouvriers que de travaux à exécuter.

Devais-je retourner à Londres ? Que pouvais-je faire dans cette ville, dans laquelle se pressent tant d’hommes immoraux, bas et rampans, qui regardent la justice comme une chimère, la liberté comme un vain nom, et la vérité comme le meilleur voile dont puissent s’envelopper les flatteurs. Que pouvait avoir de commun l’élève des Romains avec cette multitude. Je n’aurais pas rampé, menti ou flatté la