Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/157

Cette page n’a pas encore été corrigée


si mes vêtemens étaient simples, mes soirées étaient libres, et je trouvais dans la fille de la veuve, chez qui je logeais, un caractère en harmonie avec le mien ; son désir de s’instruire, sa facilité à apprendre, me rendirent l’office d’instituteur, dont je me chargeai, infiniment agréable.

La veuve mourut ; ses affaires étaient embarrassées ; ses créanciers saisirent ses meubles, et sa fille resta sans ressources et orpheline. J’étais son seul ami ; la nécessité semblait l’avoir placée sous ma protection ; je l’aimais auparavant ; je la regardai alors comme un trésor précieux, qui m’était confié par le malheur. Taxez-moi d’imprudence, de sottise ou de folie, nous nous mariâmes.

L’homme de loi qui m’employait, n’était pas fait pour son état ; car il était honnête et bienfaisant ; il s’intéressa à