Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/142

Cette page n’a pas encore été corrigée


étonné qu’avec de tels principes, mon père soit resté trente ans lieutenant de marine, et que j’aie passé, au collège, pour un sujet dont on ne pouvait rien faire. Je profitai peu à l’université, comme vous le supposez facilement ; le système d’éducation qu’on y suit, me parut le résultat d’une profonde conspiration contre la raison humaine et les efforts d’un puissant machiavélisme politique et ecclésiastique pour arrêter l’essort d’un esprit ardent, irrité par le dégoût que doit lui faire éprouver un travail inutile.

Découvrir ou même commenter utilement une seule vérité, détruire l’empire des préjugés, porter le flambeau dans la route ténébreuse de la superstition et des impostures politiques, c’est rendre un service esssentiel à l’humanité ; mais tout cela est diamétralement opposé aux intérêts de ce peu d’élus, devant qui la