Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/119

Cette page n’a pas encore été corrigée


elle ne put retenir un cri ; il attira un étranger qui, s’élauçant du bois, courut avec rapidité vers le bord du précipice ; ses gestes, témoignaient à Anthélia tout l’intérêt qu’il prenait à sa situation, et le désir qu’il avait de la secourir. Immobile pendant quelques minutes, l’inconnu mesure des yeux le précipice ; revole vers le bois, saisit un pin et cherche à le déraciner. Anthélia le suivait des yeux avec étonnement ; cet étonnement redoubla quand elle vit le pin céder à la force incroyable de l’étranger, et se séparer du sol. Son libérateur le chargea sur ses épaules ; arriva en un clin d’œil sur les bords du torrent ; il mesure des yeux l’endroit où la distance est le moins considérable ; il appuye les racines de l’arbre sur un point solide, et le laisse retomber de manière à ce que les branches de sa tête atteignirent l’île. Cette opération faite, il s’élance