Page:Peacock - Anthelia Melincourt T1.djvu/115

Cette page n’a pas encore été corrigée


que cette vision fut l’annonce de quelque danser : si elle l’avait conçue, elle aurait été promptement dissipée, puisqu’elle ne vit plus rien. Cependant, si l’étranger qu’elle avait vu ou cru voir, avait eu des projets sinistres, il aurait pu les mettre sur le champ en exécution, puisqu’elle était seule et sans défense.

Elle se leva pour continuer sa promenade, et traversant la seconde arche du pont, elle se dirigea vers le haut de la montagne qui bordait l’autre côté du précipice. Sur son sommet on n’entendait point de bruit ; le murmure de l’eau ne frappait plus l’oreille ; l’air paraissait plus lourd, la vie et le mouvement y étaient suspendus, le sentiment de sa propre existence fut le seul qu’éprouva Anthélia, pendant quelques minutes.

Le vent se leva tout-à-coup, et chassa