Page:Paul Féval L'Homme de fer.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




X


LA SALIÈRE DU ROI


Nous savons que le roi Louis XI avait justement eu la même idée que l’Homme de Fer : il avait songé à remplacer sur sa liste le nom de François II, duc de Bretagne, par le nom du comte Otto Béringhem. À condition, bien entendu, que le comte Otto Béringhem lui ferait raison de l’entêtement de François II de Bretagne. Néanmoins le roi Louis XI prit la mine d’un souverain qui tombe de son haut.

— Saint archange ! s’écria-t-il. Comte, y songez-vous ? Ma nouvelle compagnie et frérie est chrétienne de tout point, soumise à l’autorité de l’Église catholique, apostolique et romaine.

— Je ne veux point de mal à notre saint-père le pape, répondit l’Ogre paisiblement.

— Y songez-vous, y songez-vous ! Nos chapitres se tiennent en la basilique du Mont.

— Grand et beau temple, sire !

— Nous jurons notre serment sur l’Évangile et sur la croix.

— Je n’y vois nul empêchement.

Le roi s’agitait feignant un embarras majeur. Le comte reprit :

— C’est mon caprice.