Ouvrir le menu principal

Page:Parnasse de la Jeune Belgique, 1887.djvu/48

Cette page n’a pas encore été corrigée



Apothéose


Vos yeux bleus sont pour moi le ciel,

Mignonne ! et sur vos lèvres roses,

Comme une abeille sur les roses,

Mon cœur s en vient puiser le miel.


Vos cheveux blonds sur votre tête

Sont des rayons ensoleillés.

Et les amours agenouillés

Vous chantent des hymnes de fête.


Et parmi leurs chœurs assouplis.

Je veux, pour vanter votre grâce.

Vous dire, plein d amour vivace,


Les sonnets, fiers comme le lys.

Doux comme la rose fleurie.

Que Ronsard chantait à Marie.