Ouvrir le menu principal

Page:Parnasse de la Jeune Belgique, 1887.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Gentiment tu t’endormiras.
Le vent sifflera par la porte,
Et je n’étreindrai qu’une morte
Raidie et froide entre mes bras !