Ouvrir le menu principal

Page:Parnasse de la Jeune Belgique, 1887.djvu/268

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


O jeu de cache-cache ! ô gaîté franche et pure !
Qui nous rendra l'enfance et les beaux jours anciens ?
L'aînée avait sa longue et blonde chevelure
Ainsi que la portaient les rois mérovingiens.

Un des jeunes garçons toujours était près d’elle
Et l’on eût dit, à voir ces deux adolescents,
Que Paul et Virginie à ce couple fidèle
Avaient légué l'amour et les vœux innocents.

Quand, se tenant la main, ils se cachaient ensemble,
Pour bien se dérober aux chercheurs curieux
Elle, naïvement, comme un voile qui tremble,
Sur leurs deux fronts penchés répandait ses cheveux.