Ouvrir le menu principal

Page:Parnasse de la Jeune Belgique, 1887.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Lied



Mes larmes font s’épanouir
Mille fleurs aux douces haleines…
Et je fais, dans chaque soupir,
Chanter des oiseaux par centaines.

Enfant, si mienne tu veux être,
C’est pour toi que ces fleurs naîtront,
C’est pour toi seule, — à ta fenêtre, —
Que tous ces oiseaux chanteront.

(D’après Henri Heine).