Ouvrir le menu principal

Page:Parnasse de la Jeune Belgique, 1887.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
221
Maurice Maeterlinck

LÉON MONTENAEKEN


Chanson


 
Nous étions là sans dire rien…
Nous regardions tous deux à terre :
Elle, flattant son petit chien.
Et moi, caressant ma chimère…

Nous restions là sans dire rien.
Nous restions là sans nous rien dire…
Nous regardions tous deux en l’air ;
Mon cœur léger, c’est le zéphyre,
Et son cœur froid, le vent d’hiver…
Et nous restions là sans rien dire.