Ouvrir le menu principal

Page:Parnasse de la Jeune Belgique, 1887.djvu/182

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Songe


Sur mes seins, mes mains endormies,
Lasses des jeux et des fuseaux,
Mes blanches mains, mes mains amies
Semblent dormir au fond des eaux.

Loin des peines tristes et vaines.
En ce trône de ma beauté,
Calmes, lentes et frêles reines,
Mes mains songent de royauté.

Et seule dans mes tresses blondes,
Et mes yeux clos comme jadis.
Je suis l'enfant qui tient des mondes.
Et la vierge qui tient des lys.

Sur mes seins, mes mains endormies.
Lasses des jeux et des fuseaux,
Mes blanches mains, mes mains amies
Semblent dormir au fond des eaux.