Page:Palante - Précis de sociologie, 1901.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fortement dans le cerveau des individus. Les penseurs les plus puissants d’une époque sont précisément ceux qui ont la plus claire conscience de ces antinomies.

Ainsi la conscience sociale, implique ces deux éléments : 1° d’une part conscience des influences sociales ambiantes ; 2° conscience du conflit entre ces influences et le vouloir vivre individuel. Ce n’est que dans le cerveau de l’individu que le mécanisme social jusque-là inconscient s’éclaire et prend une signification morale. C’est alors seulement que la conscience individuelle est capable de juger ce mécanisme et au besoin de se révolter contre lui. Ceux qui attendent de l’avenir une conciliation ou plutôt une identification complète de la conscience individuelle et de la conscience sociale sont dupes d’une grossière illusion (Monisme social). Nous l’avons dit, la lutte est éternelle.

Comme nous l’avons dit également, cette conscience sociale n’est pas également claire et consciente d’elle-même chez tous les membres du groupe. — D’après M. Novicow, il y a une élite qui, en un certain sens, joue le rôle de cerveau de la société, M. Novicow, remarque justement que cette élite ne doit pas être identifiée avec le gouvernement. « Quand on compare le cerveau au gouvernement, dit-il, on fait preuve d’ignorance de la physiologie et de la sociologie. C’est à l’élite et non au gouvernement qu’il faut comparer le cerveau. Celui-ci a exactement les fonctions de l’élite. Sa grande affaire est d’élaborer les pensées et les sentiments de l’agrégat social. Elle préside aussi dans une certaine mesure aux mouvements sociaux ; mais les personnes qui font partie du gouvernement ne sont presque jamais celles qui élaborent les idées et les sentiments[1]. »

Pour M. Novicow, le rôle du gouvernement est tellement différent à cet égard du rôle de l’élite que tandis que, d’après lui, cette dernière est appelée dans l’avenir

  1. Novicow, Conscience et Volonté sociales, p. 23.