Page:Palante - Précis de sociologie, 1901.djvu/184

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE V

SOCIALISME ET INDIVIDUALISME

Nous pouvons maintenant aborder la question qui domine la Sociologie tout entière : celle des rapports de l’individu et de la société. Nous trouvons ici aux prises les deux doctrines du socialisme et de l’individualisme.

Au sens général, le mot socialisme désigne toute doctrine sociale qui subordonne l’individu à la collectivité. Tel est le sens du socialisme platonicien. Dans un sens plus précis et plus moderne, le socialisme est une doctrine qui, par une réforme économique du régime de la propriété, prétend assurer à l’individu une plus grande indépendance matérielle et morale.

L’individualisme est une doctrine qui, au lieu de subordonner l’individu à la collectivité, pose en principe que l’individu a sa fin en lui-même ; qu’en fait et en droit il possède une valeur propre et une existence autonome, et que l’idéal social est le plus complet affranchissement de l’individu. L’individualisme ainsi compris est la même chose que ce qu’on appelle encore la philosophie sociale libertaire.

Dans un sens plus étroit, on entend par Individualisme la théorie économique du Laisser-faire (École de Manchester). Quand nous parlerons ici de l’Individualisme, il s’agira de l’individualisme entendu comme philosophie libertaire.

Quels sont les rapports du Socialisme et de l’Individualisme ?