Page:Palante - Précis de sociologie, 1901.djvu/120

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE III

L’IMITATION ET LES LOIS QUI S’Y RATTACHENT

Quand on parle de la vie des sociétés, il faut tenir compte à la fois des lois de causation et des lois d’évolution. Les secondes sont subordonnées aux premières. — Nous allons donc examiner les principales lois de causation, avec les lois d’évolution qui en sont les conséquences.

M. Tarde ramène à trois les lois essentielles de causation. Ce sont : 1° la loi d’Imitation ; 2° la loi d’Opposition ; 3° la loi d’Adaptation. C’est suivant ces trois lois que les consciences individuelles agissent et réagissent les unes sur les autres dans la vie sociale.

Invention et imitation sont deux termes corrélatifs. La cause des transformations sociales réside dans des initiatives individuelles qui, imitées et répétées à des milliers d’exemplaires, renouvellent la face du monde. On ne saurait trop insister sur cette puissance accumulatrice et multiplicatrice de l’imitation. M. Balicki remarque que l’influence émotionnelle qu’exercent les uns sur les autres les groupes inégaux et superposés n’est pas celle d’une suggestion mutuelle, mais bien d’une suggestion unilatérale, prestige et autorité d’une part, effacement et soumission de l’autre. D’après M. Tarde, la loi d’imitation agit de haut en bas ; mais exceptionnellement elle peut aussi agir de bas en haut. D’ailleurs, les imitations s’entrecroisent ; le même homme peut être inventeur à certains égards, imitateur à certains autres.