Page:Palante - Précis de sociologie, 1901.djvu/106

Cette page a été validée par deux contributeurs.


drait être une égale. Quelle idée fixe de choisir et de régler chaque article de sa toilette, de son ménage et de son budget, en vue d’affirmer ou de simuler une supériorité sociale !

« Si j’insiste sur ce point, c’est que j’y vois le symptome, le symbole et le résumé de la psychologie bourgeoise. Les principes de la vanité mondaine dominent à la fois la toilette, le cérémonial et les choses les plus graves : mariages, relations, éducation, choix des carrières, programme de vie et de bonheur. Les femmes jugent un grand homme et choisissent un chapeau d’après le même idéal. Cet état d’esprit leur rend incompréhensible et odieuse toute transformation qui déclasserait et reclasserait toutes choses, qui bouleverserait la hiérarchie conventionnelle, leur religion et leur vie[1]. »

À la loi des Formalismes sociaux se rattache de près la loi que nous avons appelée loi du Mensonge de groupe.

Un groupe entretient sciemment les illusions et conventions utiles au maintien de son prestige social. M. Max Nordau a admirablement analysé ces mensonges conventionnels par lesquels la société cherche à duper l’individu.

Ces mensonges collectifs sont trop nombreux et trop puissants, leur action dans l’histoire est trop incessante et trop importante pour qu’il n’y ait pas là plus qu’un simple accident, mais bien une loi véritable : la loi d’insincérité sociale. Comme la lutte dont il n’est qu’un aspect, le mensonge fait partie intégrante de l’organisation sociale.

M. Sighele soutient même que la fonction sociale du mensonge prend de plus en plus d’importance au fur et à mesure que se développe la civilisation. D’après lui, il y a deux types de civilisation : la civilisation

  1. Paul Adam, La Dame et l’Avenir (Journal du 27 novembre 1899).