Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/46

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

Et la race même et le saug sont exposés au vent de

l'hiver. Et il peut y avoir un hiver des races. Avec sa maison peut-être s'il en a une et sa terre. Avec ses outils sûrement et sa race et son sang ses

enfants hériteront. Ce qui est au dessus de tout. La bénédiction de Dieu qui est sur sa maison et sur sa

race. La grâce de Dieu qui vaut plus que tout. Il le sait bien.

Qui est sur le pauvre et sur celui qui travaille. Et qui élève bien ses enfants. Il le sait bien. Parce qu'il l'a promis. Et qu'il est souverainement fidèle dans ses promesses.

Ses trois enfants qui grandissent tellement.

Pourvu qu'ils ne soient pas malades.

Et qui seront certainement plus grands que lui.

(Gomme il en est fier dans son coeur).

Et ses deux gars seront rudement forts.

Ses deux gars le remplaceront, ses enfants tiendront sa

place sur la terre. Quand il n'y sera plus.

Sa place dans la paroisse et sa place dans la forêt. Sa place dans l'église et sa place dans la maison. Sa place dans le bourg et sa place dans la vigne. Et sur la plaine et sur le coteau et dans la vallée. Sa place dans la chrétienté. Enfin. Quoi. Sa place d'homme et sa place de chrétien.

38

�� �