Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/44

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

Et s'il n'a point de maison et de terres qui auront du

moins ses outils. (S'il n'a point de maison et de terres ils n'en auront

point non plus. Voilà tout.)

(Il s'en est bien passé pour vivre. Ils feront comme lui. Ils travailleront.) Sa hache et sa cognée et sa serpe et sa scie. Et son marteau et sa lime. Et sa pelle et sa pioche. Et sa bêche pour bêcher la terre. Et s'il n'a pas de maison et de terre. S'ils n'héritent pas sa maison et sa terre. Au moins ils hériteront ses outils. Ses bons outils. Qui lui ont servi tant de fois. Qui sont faits à sa main. Qui ont tant de fois bêché la même terre. Ses outils, à force de s'en servir, lui ont rendu la main

toute calleuse et luisante. Mais lui, à force aussi de s'en servir, il a rendu poli et

luisant le manche de ses outils. Et à force de travailler il a la peau aussi dure et aussi

tannée que le manche de ses outils. Au manche de ses outils ses fils retrouveront, ses fils

hériteront la dureté de ses mains. Mais aussi leur habileté, leur grande habileté. Car il est un bon laboureur et un bon bûcheron. Et un bon vigneron.

Et avec ses outils ses fils hériteront, ses enfants hérite- ront.

36

�� �