Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/41

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU

Dans le temps et pour l'éternité.

Pour ainsi dire dans le futur de l'éternité.

��L'Espérance voit ce qui n'est pas encore et qui sera. Elle aime ce qui n'est pas encore et qui sera

Dans le futur du temps et de l'éternité.

��Sur le chemin montant, sablonneux, malaisé.

Sur la route montante.

Traînée, pendue aux bras de ses deux grandes sœurs.

Qui la tiennent par la main,

La petite espérance

S'avance.

Et au milieu entre ses deux grandes sœurs elle a l'air

de se laisser traîner. Comme une enfant qui n'aurait pas la force de marcher. Et qu'on traînerait sur cette route malgré elle. Et en réalité c'est elle qui fait marcher les deux autres. Et qui les traîne.

Et qui fait marcher tout le monde. Et qui le traîne. Car on ne travaille jamais que pour les enfants.

��33

�� �