Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/227

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU J

A lui seul plus inquiet que toute la création ensemble.

L'homme, ce puits d'inquiétude.

Gomme tu endors l'eau du puits.

O ma nuit à la grande robe

Qui prends les enfants et la jeune Espérance

Dans le pli de ta robe

Mais les hommes ne se laissent pas faire.

O ma belle nuit je t'ai créée la première.

Et presque avant la première

Silencieuse aux longs voiles

Toi par qui descend sur terre un avant goût

Toi qui répands de tes mains, toi qui verses sur terre

Une première paix Avant-coureur de la paix éternelle.

Un premier repos Avant-coureur du repos éternel.

Un premier baume, si frais, une première béatitude Avant-coureur de la béatitude éternelle.

Toi qui apaises, toi qui embaumes, toi qui consoles.

Toi qui bandes les blessures et les membres meurtris.

Toi qui endors les coeurs, toi qui endors les corps

Les coeurs endoloris, les corps endoloris.

Courbaturés,

Les membres rompus, les reins brisés

De fatigue, de soucis, des inquiétudes

Mortelles,

Des peines,

Toi qui verses le baume aux gorges déchirées d'amer- tume

Si frais

O ma fille au grand cœur je t'ai créée la première

219

�� �